Recherche
 Plan du site
 À propos du site
 Récompenses
 Livre d'or
 Téléchargements
 Liens
 Forums Futura
 Services Webmasters
Contact
 

astronautes visitent le site actuellement






Flux RSS



 

Mars-Actualité

Les Infos Les articles

Que d'eau sur Mars !

Février 2003


Durant le congrès annuel de l'Association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS) qui vient de se terminer, de nombreux scientifiques ont ré-affirmé que l'eau serait le meilleur candidat pour expliquer la formation des ravines récentes au détriment du dioxyde de carbone liquide (CO2). De même, la calotte polaire sud serait en réalité formée essentiellement de glace d'eau. Une première carte de la répartition de ce fameux liquide a par ailleurs été présentée.



 > L'eau est le meilleur liquide pouvant expliquer la formation des écoulement récents.


Jennifer Heldmann et Michael Mellon du laboratoire de physique atmosphérique et spatiale de l'Université du Colorado sont arrivés à cette conclusion en analysant un à un plus de 100 clichés de ravines (comme celui ci-dessous) pris par la sonde Mars Global Surveyor.

Une ravine probablement formée par l'eau au bord d'un cratère (NASA,JPL,MSSS)


Ils ont confronté ces 100 photographies, ainsi que des observations thermiques et altimétriques aux différentes hypothèses déjà utilisées pour expliquer leur formation. "Nous fusionnons la théorie avec les données," a dit Jennifer Heldmann. Selon eux, l'hypothèse la plus probable, celle qui revient le plus souvent et explique bien les phénomènes géologiques observés est la suivante : le liquide qui a formé ces ravines provient de nappes phréatiques de faible profondeur (200 à 300 mètres).
Or, la sonde Mars Odyssey a détecté une forte concentration d'eau à quelques centimètres sous la surface du sol martien jusqu'à un mètre de profondeur (elle ne peut pas sonder à plus d'un mètre). 

Mars Express sondant le sol martien (ESA)

Jennifer Heldmann a donc signalé que "l'eau liquide est l'agent le plus probable".

L'eau serait donc bien le liquide qui dévale les pentes des cratères pour former de telles ravines, cette nouvelle analyse vient renforcer la théorie de l'eau et laisse donc un espoir de peut-être trouver un jour de la vie au niveau de ces nappes phréatiques, qui sait ?
La sonde européenne Mars Express va sonder dans moins d'un an à plusieurs kilomètres sous la surface rouge de Mars (voir image ci-contre).
Elle permettra d'établir une carte minéralogique de la répartition d'eau dans les entrailles de la planète. Cette carte, recoupée avec avec les données de Mars Odyssey pourra peut-être lever enfin le voile sur ces écoulements mystérieux... c'est pourquoi toute la communauté scientifique attend avec impatience les premiers résultats de la sonde européenne !

 

 > La calotte polaire sud est essentiellement composée de glace d'eau.


C'est ce qu'affirment Shane Byrne et Andrew Ingersoll, de l'Institut de technologie de Californie.
Ils sont arrivés à cette conclusion après de multiples observations, calculs et simulations informatiques.
Contrairement à ce que l'on croyait auparavant, la calotte polaire sud serait composée essentiellement de grandes quantités de glace d'eau et d'une fine couche superficielle de neige de carbone.

La calotte polaire Sud (crédit: NASA,JPL,MSSS).


Si ces deux scientifiques ont raison, le gel de la calotte polaire sud en hiver et son dégel en été n'influencerait pas ou alors très faiblement le pourcentage de dioxyde de carbone dans l'atmosphère martienne (95%).
L'eau serait donc présente en grande quantité dans la glace du pole sud !



 
> Une première carte des réservoirs d'eau sur Mars.


De jour en jour, mois après mois, les scientifiques sont étonnés de voir que la planète Mars contient des quantités impressionnantes d'eau dans son sous-sol ou dans ses calottes glaciaires.
L'origine de cette grande surprise vient du spectromètre à neutron embarqué à bord de la sonde Mars Odyssey.
Grace à ses données recueillies pendant 687 jours, les scientifiques du Los Alamos National Laboratory ont établi la première carte mondiale présentant la répartition de l'hydrogène dans le sous-sol martien. Là où le spectromètre détecte de forte concentrations d'hydrogène, c'est là où il y a de l'eau, en effet, la molécule d'eau est formée de 2 atomes d'hydrogène et d'un atome d'oxygène, on peut donc dire que l'eau est surtout formée d'hydrogène, c'est pourquoi celui-ci est utilisé comme marqueur de la présence d'eau.

Cartes de la répartition des réserves d'eau sur Mars. Pôles, planisphère et topographie (Los Alamos)


Grâce aux observations de Mars Odyssey, les scientifiques pensent désormais qu'en réchauffant le climat de la planète, la glace d'eau contenue dans le proche sous-sol en se liquéfiant remonterait à la surface et pourrait former
une couche d'une dizaine de centimètre tout autour du globe. Pas de quoi nager ni faire de plongeon, mais un petit bain de pieds serait bien agréable ! ;o)
Rappelons que le spectromètre à neutrons de Mars Odyssey détecte l'hydrogène jusqu'à 1 mètre de profondeur seulement, la composition du sous-sol au dessous d'un mètre reste donc encore inconnu, mais pas pour longtemps grâce à Mars Express qui sondera la sous-sol martien jusqu'à plusieurs kilomètres de profondeur, ce qui laisse présager de prochaines grandes découvertes d'eau !

 > Conclusion

En apparence, la planète Mars est un désert, un désert rouge, froid, inhospitalier, des dunes à perte de vue...
Cependant, sous le désert se cache souvent de grandes surprises : sur Terre, le désert du Sahara et de Libye, une des régions les plus hostiles du globe, abrite à quelques mètres sous ses dunes une réserve fossile d'eau impressionnante : une nappe souterraine s'étendant sur des centaines de kilomètres carrés.

Le désert du Sahara vu de l'espace, une étrange ressemblance avec la surface martienne...


Serait-ce le cas sur Mars ? Dans le cas de la planète rouge, le globe entier est un désert... et ses profondeurs s'avèrent de plus en plus riches en eau, élément essentiel à l'apparition, l'évolution et la survie de la vie !
Au-delà du rêve de trouver un jour des organismes vivants, endormis, ou fossilisés dans de supposées nappes d'eau liquide souterraines, cette richesse en eau pourra servir dans le futur aux explorations humaines de Mars. L'eau pourra servir à produire de l'énergie, à alimenter l'équipage qui pourra ainsi subvenir à ses besoins à partir de ressources naturelles disponible sur place à quelques mètres de profondeur. Ceci se traduit par une économie d'argent considérable pour le projet.

L'homme sur Mars (crédit : NASA)


La découverte de grandes quantités d'eau réparties autour de la planète donne ainsi un nouvel élan au projet humain d'exploration de Mars et à l'espoir de trouver un jour des traces de vie (actuelle ou passée) sur Mars.

 

Sujets évoqués dans cet article :

 
 
(c) 2001-2003 Orbit-Mars
Hébergement & Réalisation graphique : Futura-Sciences.com